La motricité libre

 

Vous avez certainement tous entendu parler de motricité libre.

Vous avez une idée générale de ce que cela désigne.

 

Je tâcherai dans cet article, d’utiliser ma « casquette psychomot » pour vous détailler en quoi consiste la motricité libre, que faire et ne pas faire et quels en sont les intérêts.

Dans le dernier paragraphe je vous expliquerai en quoi consiste l’atelier de motricité libre pour les tous petits.

 

Pour info, c’est Emie Pikler, pédiatre Hongroise, qui évoque le terme de motricité libre dans les années 60. Vous pouvez en savoir plus sur ses recherches dans son ouvrage «se mouvoir en liberté dès le plus jeune âge ».

 

 

La motricité libre c’est quoi?

 

Pour se mouvoir le bébé passe par plusieurs étapes, tout seul et sans aide !

 

On va parler de développement moteur.

En résumé, durant ses premiers mois bébé est en position dorsale, il se muscle petit à petit et parvient aux alentours de 5 mois à se tourner du dos au ventre, puis du ventre au dos. Vers 8 mois bébé commence à s’assoir seul.

Vers l’âge de 9 mois il se prépare à ramper, il passe ensuite par le quatre-pattes, la station debout en s’agrippant puis la marche en s’aidant des meubles, puis tout seul !

 

Il est important de retenir que les âges mentionnés ne sont que des moyennes et des repères …certains bébés se mettront par exemple à marcher à 4 pattes vers 10 mois d’autres beaucoup plus tard. Pour la marche c’est pareil, certains vont se déplacer debout dès 9 mois d’autres ne se lâcheront que vers 18 mois!

De plus, l’ordre des étapes mentionnés est également une moyenne de développement psychomoteur du bébé… certains enfants, par exemple, vont acquérir la marche sans être passés par le quatre-pattes.

A titre personnel, mon fils a d’abord acquis la station debout avec agrippement avant de savoir s’asseoir tout seul.

Pas d’inquiétude , chaque enfant est différent, chacun son rythme.

Si cependant cela vous inquiète et vous interroge n’hésitez pas à consulter un ostéopathe ou un psychomotricien qui pourront vous éclairer sur la motricité de votre bébé.

 

Bref, tout ce petit paragraphe sur le développement moteur de bébé pour en venir au fait que votre loulou acquiert tout seul toutes ses étapes de développement !

J’ai bien dit TOUT SEUL ! Il n’est pas utile de le stimuler outre mesure pour qu’il réussisse sans aide toutes ses étapes.

 

La motricité libre consiste donc à faire confiance en votre bébé.

Il apprend par lui-même, en faisant seul.

La motricté libre ou mouvement autonomes consite donc à laisser  votre bébé expérimenter par lui-même, découvrir son corps et ses différentes possibilités.

On laisse bébé passer d’une étape à une autre comme il le souhaite et au rythme qui lui correspond.

 

On ne met JAMAIS un enfant dans une position qu’il n’a pas acquis par lui-même, par exemple nous n’asseyons pas un enfant même s’il tient assis…si il n’a pas acquis par lui-même ce stade de développement.

On ne fait pas marcher un enfant s’il n’est pas capable de marcher tout seul…

On N’UTILISE PAS de youpala pour que bébé se déplace tout seul …

 

Bébé n’a pas besoin d’aide pour marcher, il a simplement besoin d’une présence humaine, d’un accompagnement chaleureux et bienveillant et d’un environnement sûr, sécurisé et sécurisant.

 

Comment aider bébé dans son développement psychomoteur tout en conservant l’idée de motricité libre ? Que faire ? Que faut-il éviter ?

 

Comme nous l’avons vu précédemment il est important que l’adulte soit dans l’observation et intervienne le moins possible.

Il se doit d’avoir un regard bienveillant et d’être une présence rassurante pour l’enfant.

L’adulte offre un cadre sécurisé, sécurisant et adapté aux besoins de l’enfant, à son âge, à sa soif de découvertes tout en étant attentif à la sécurité de l’enfant.

L’adulte doit faire confiance à l’enfant, à ses capacités et ses propres jugements.

 

On met le bébé dès ses premiers jours de vie au sol sur un tapis confortable. Quand le bébé essayera de se mouvoir veillez à ce que le tapis de soit pas trop mou.

On veille à ce que les vêtements de bébé soient confortables et lui permettent de se mouvoir à sa guise.

On privilégie les pieds nus pour que bébé ressente et perçoive les différentes sensations tactiles, pour qu’il ait une meilleure proprioception, pour que les muscles puissent travailler correctement …

(Je détaillerai dans un prochain article les bienfaits du «pied nu»)

 

On se met le plus possible au sol, à son niveau.

 

Ce qu’il faut éviter :

 

  • On évite d’enfermer bébé dans un parc, un transat, une chaise haute…, bien entendu certaines fois pour des raisons organisationnelles nous ne pouvons pas faire autrement. Alors on limite le plus possible le temps où bébé sera trop contenu et ne pourra pas ou très peu explorer ses capacités motrices.

 

  • On bannit le youpala (je détaillerai les raisons d’éviter le youpala lors d’un prochain article) qui peut avoir des conséquences très négatives sur la marche du tout petit. Bébé n’acquiert pas la notion d’équilibre. De plus, souvent les pieds de bébé ne sont pas correctement à plat, et les déplacements se font en s’appuyant sur les orteils et non les talons. De plus le bébé ne va pas avoir le réflexe de mettre les bras devant lui lors de chutes.

 

  • On ne met pas un enfant dans une position qu’il n’a pas acquis tout seul, cela pourrait bloquer ses découvertes motrices, créer des tensions corporelles.

 

  • On évite de faire marcher bébé en le soutenant par les bras si l’enfant est vraiment en demande ce qui arrive fréquemment vous pouvez vous aider d’un foulard en le passant devant votre petit bout, puis en le passant sous ses aisselles et vous ne tenez que les extrémités du foulard.

 

 

Dans tous les cas, même s’il vous arrive de l’aider à marcher il est important que bébé n’ait pas les bras en l’air ni de tensions dans tout le corps, c’est donc à vous de vous baisser à son niveau tout en vous adaptant à son rythme de marche…

 

Quels sont les intérêts de la motricité libre ?

 

L’enfant va développer une meilleure confiance en lui et en ses mouvements.

Il va connaître par lui-même et de manière progressive son corps, ses capacités, ses limites, ses sensations, son équilibre, etc.

L’enfant aura une meilleure autonomie motrice.

Il sera plus confiant et plus à l’aise avec son corps et l’ensemble de ses gestes et mouvements.

 

 

L’atelier de motricité libre 

( vous trouverez plus d’info sur les ateliers en cliquant sur le lien ci contre : Les ateliers de motricité libre )

 

Lors de cet atelier, bébé pourra pendant trois quarts d’heure expérimenter son corps, ses mouvements, ses limites corporelles dans un environnement adapté.

Il découvrira différentes textures, et différents matériels lui permettant d’escalader et se mouvoir en toute liberté dans un environnement adapté à lui et à son développement psychomoteur.

 

Vous pourrez partager avec lui un moment de plaisir et de découvertes corporelles.

Vous pourrez observer toutes les capacités de votre bébé et vous serez bluffé de tout ce qu’il sait déjà faire, sans aucune aide !

 

De plus le groupe permettra à votre bébé de côtoyer d’autres bébés, et à vous de pouvoir partager avec d’autres parents.

 

Vous aurez également la possibilité de poser des questions à la psychomotricienne sur la motricité de votre enfant et vous pourrez également avoir des conseils sur le développement psychomoteur, le matériel, les jouets et l’aménagement de son espace à la maison.

 

Les ateliers sont proposés aux enfants de 6 mois à 3 ans par groupe d’âge.

 

 

                                                                                                                                                                Audrey Bédussi

Read more at http://jeuxsais.e-monsite.com/pages/mes-articles.html#fpSuYCCzPHZfySRl.99