Le jeu de l’enfant.

Aujourd’hui j’ai décidé d’écrire un article sur le jeu de l’enfant.

J’ai pu observer dans ma vie privée et dans ma vie professionnelle la place prédominante que le jeu occupe dans la journée d’un enfant.

Je suis depuis toujours convaincu de ses bienfaits et de son intérêt pour l’enfant, je suis aussi subjuguée par la joie que celui-ci procure à l’enfant.

Je regrette d’ailleurs le fait qu’étant adulte nous oublions de jouer …nous oublions notre insouciance et notre imaginaire de jeu s’appauvrit…

Si j’ai choisi le métier de psychomotricienne le jeu en fut l’une des principales raisons.

En effet dans la profession de psychomot, comme on la désigne entre nous, nous utilisons différentes médiations pour aider le patient, quel que soit son âge, sa pathologie, sa personnalité et ses difficultés…la médiation est choisie en fonction des difficultés et facilités du patient mais aussi en fonction des domaines de compétences et centre d’intérêt du professionnel.

A titre d’exemple, certains utilisent la médiation animale pour travailler des points précis que d’autres peuvent travailler en utilisant la médiation théâtre.

Pour nous psychomot, et encore plus pour ceux travaillant auprès d’enfants, le JEU a une place primordiale! c’est l’une des médiations qui nous réunit tous…

C’est justement cela qui me plaisait et qui m’a donné envie de faire ce métier, aider le patient en jouant, dans la notion de plaisir !

Je vais m’appuyer sur des propos d’André STERN pour illustrer Mon article. Il pose la question de savoir « quelle est la première chose que fait un enfant dès qu’on le laisse tranquille? Il joue ….»

Je vais donc consacrer cet article, aux intérêts et aux bienfaits du jeu.

Le jeu est primordial pour l’enfant, c’est par et grâce au jeu que l’enfant se construit.

Pour WINNICOTT le jeu est extrêmement important pour la santé et l’équilibre de l’enfant.

Le jeu revêt plusieurs intérêts.

Le premier intérêt et pas le moindre, est bien entendu la notion de plaisir que l’enfant éprouve lorsqu’il joue. Son espace-temps s’arrête, il est dans un espace-temps à lui, propre à son jeu.

Quand on observe un enfant jouer librement sans que le jeu ne lui soit imposé, nous pouvons voir à quel point l’activité procure joie et bonheur à l’enfant. Les enfants sourient, rigolent, vivent leur jeu! Prenons simplement en exemple une cour de récréation….par le bruit que l’on peut entendre en passant devant une école on se rend rapidement compte de la joie et l’énergie que les enfants mettent dans l’activité ludique.

De plus, cette observation de plaisir éprouvé est d’autant plus importante et recherchée lorsque l’enfant se contient toute la journée à l’école pour se concentrer sur des apprentissages…il ressent alors un fort besoin de se relâcher, de se détendre et de jouer!

Quand l’enfant est pris dans son jeu il peut se mettre en colère lorsque nous l’interrompons pour manger par exemple tellement ce moment est appréciable et précieux.

Le second intérêt du jeu est l’apport de de la détente et du lâcher prise.

Tout le corps de l’enfant incarne le jeu, son visage, ses mimiques, l’ensemble de sa personne sont vraiment présent à son activité ludique! Observons par exemple un enfant jouer au lion….il s’applique à créer le lion, son corps dans son ensemble devient lion.

Sa personnalité est lion, il va rugir et nous répondre comme un lion…il crée l’environnement spatial et social du lion….Il est totalement incarné par son personnage de jeu (tout comme dans le jeu théâtrale finalement). Il est pleinement investi dans son activité .

Par cette activité il se «lâche», il se traîne par terre, grimpe , cri, s’invente un langage ….bref il se détend…

Le prochain intérêt sera consacré au caractère très sérieux que génère cette activité. L’enfant se consacre pleinement à cette activité, il vit son jeu.

De ce fait, il est facile de comprendre la réaction parfois exagérée, à nos yeux d’adulte, d’un enfant lorsque nous le dérangeons dans son jeu ou bien lorsque nous ne prenons pas son jeu au sérieux.

Quand il joue l’enfant fait preuve de beaucoup de concentration et d’attention.

De ce fait, par le jeu l’enfant apprend beaucoup.

Il découvre l’environnement dans lequel il vit, il le teste, le manipule, en comprend son fonctionnement….

Par le jeu, l’enfant apprend beaucoup sur lui-même, il se découvre, découvre ses propres limites corporelles et cognitives, il apprend sur son corps, sa personnalité, ses qualités, ses défauts etc

A titre d’exemple je prendrai une situation de ma vie quotidienne. Mon fils alors âgé de 16 mois avait trouvé une boite. Il était très décidé à jouer avec , à l’ouvrir, chose peu évidente à son âge.Nous l’avons laissez faire, nous lui avons laissé le temps qu’il souhaitait .Il est resté presque 20 minutes sur son activité, qu’il avait choisi seul et a réussi à ouvrir sa boite, dans laquelle il s’est ensuite amusé à cacher une noix, puis a secoué la boîte pour comprendre le bruit que faisait la noix dans la boîte il a ensuite enlevé la noix et a secoué la boîte à nouveau, il s’est rendu compte qu’il n’y avait plus de bruit…Suite à cette activité nous lui avons proposé un panier contenant plusieurs boîtes de tailles et d’ouvertures différentes. Il s’est passionné pour cette activité, et aujourd’hui ( 18 mois) il parvient à les ouvrir toutes tout seul.

J’ai choisi cet exemple pour montrer que par cette activité ludique choisie par l’enfant, la concentration a payé. Grâce à sa détermination et sa volonté il a appris l’ouverture et la fermeture de boite ( motricité fine) la notion de contenu et contenant….et a compris que lorsque objet tape dans la boite il y a du bruit et quand la boite est vide il n’y a plus de bruit.Il a donc appris sur son environnement en faisant preuve de beaucoup de concentration et d’application.

En effet l’enthousiasme, le plaisir et la volonté de faire permettra à l’enfant de se concentrer d’avantage, d’apprendre plus efficacement et plus rapidement.Dans la mesure où le jeu est libre, l’enfant portera un grand intérêt un grand enthousiasme à son activité. Nous le savons tous, lorsqu’une activité est plaisante nous la gardons plus facilement en mémoire, nous pouvons la réaliser au mieux en nous appliquant d’avantage.

Suite à l’intérêt sur la concentration et les apprentissages, il me paraît naturel de poursuivre avec le quatrième intérêt du jeu à savoir le développement au niveau cognitif,moteur et sensoriel.En manipulant l’enfant découvre par le toucher les différentes caractéristiques d’un objet, d’une matière, il sent, entend et écoute, voit et regarde ….bref l’ensemble de ses sens sont stimulés par le jeu en règle général.

De ce fait, par le jeu, l’enfant apprend énormément du monde dans lequel il vit …

Le jeu est d’abord individualiste ou élaboré avec l’adulte référent de l’enfant mais peu à peu, notamment au moment de l’entrée en maternelle, le jeu devient interactif avec d’autres enfants. Le jeu devient alors une source de sociabilisation, d’interactions, d’apprentissage de la vie en groupe.Il découvre également par le jeu les codes sociaux, les notions telles que la prise de parole, le fait de ne pas couper la parole, d’attendre son tour etc

Le jeu favorise également la communication au sein d’un groupe partageant la même activité ludique.

Les enfants partagent le même jeu, le même «monde», les même règles du jeu qu’ils s’appliquent à comprendre et à respecter.

Le jeu a un grand intérêt sur le développement de l’imagination. Il offre une aire différente de celle du quotidien. Il permet de s’échapper du réel, de se projeter dans un monde imaginaire, un monde inventé où tout devient possible. Ce monde du jeu devient une échappatoire. Le jeu permet une libération de l’esprit et de ce fait une capacité à manifester sa propre personnalité lors de l’expérience ludique. L’esprit étant libéré, l’individu se montrera d’autant plus créatif et inventif dans son jeu.

L’espace-temps propre au jeu, à la fiction, l’imaginaire va permettre également à l’enfant de jouer des situations vécues difficilement ou incomprises, il va pouvoir extérioriser certaines situations en les mettant en actions dans son jeu.

Prenons par exemple le cas d’un enfant que j’ai pu observer en crèche, qui s’amuserait à jouer avec sa poupée à la punir souvent et à la grondé car elle ne veut pas manger …on peut penser que l’enfant joue et recrée une ou des scènes de sa vie de tous les jours afin de les extérioriser et sûrement de mieux les comprendre.

Il existe différentes formes de jeu que je détaillerai et expliquerai lors d’un prochain article mais que je vais nommer rapidement en guise d’ouverture…

En fonction des âges et du niveau de développement il y a les jeux sensori moteurs, les jeux de construction et d’assemblage, les jeux symboliques et de faire semblant, les jeux à règle et l’ensemble des jeux créatifs (bien que tous les jeux soient créatifs ….) ou jeux d’arts manuels…

Tâchons donc d’accorder du temps pour que nos enfants puissent jouer librement …et n’hésitons pas à rentrer dans leur jeu, à retrouver nos âmes d’enfant afin de partager avec eux ces moments hors ( OR) du temps ….